Qu’est-ce que la motricité fine ?

Alors qu’est ce que c’est que cette motricité fine et s’il y a une motricité fine y-a-t-il une motricité épaisse?

Motricité fine

Avant de définir la motricité fine, nous devons parler de la motricité globale (et non épaisse!!!) c’est-à-dire l’ensemble des mouvements qui permettent de modifier sa position et de déplacer son corps dans l’espace. Elle constituera la base sur laquelle pourra se construire la motricité fine.
Son développement évolue en étroite relation avec les autres domaines du développement de l’enfant : ils sont tous liés et imbriqués (développement cognitif, affectif, social, de la communication…).

Qu’est-ce que la motricité fine?

La motricité dite fine, c’est l’ensemble des actions intentionnelles de la main impliquant des mouvements fins et précis. Elle sollicite donc des petits muscles de la main et des doigts.
Mieux le bébé contrôlera ses membres supérieurs et la coordination de l’œil et de la main, plus efficace sera le contrôle de cette motricité fine. La vision est essentielle car elle permettra au bébé de diriger son geste vers l’objet souhaité.

Quand la motricité fine est-elle utilisée?

Quand bébé porte un objet à sa bouche saisit un objet, quand il le lance, et plus tard quand l’enfant découpera une feuille, dessinera…
Il faut garder en tête que chaque bébé se développe à son rythme. L’important est de le soutenir dans son développement, lui offrir des activités et objets adaptés à ses capacités.

Acquérir un nouveau geste est un challenge, la répétition permettra de  se l’approprier. C’est un gros travail! Bébé aura besoin d’être félicité et encouragé.

En quoi la motricité fine est importante?

La maîtriser c’est accéder à l’autonomie, par exemple pour s’habiller, se déshabiller, ouvrir une porte, se servir un verre d’eau…. La curiosité de l’enfant peut alors se déployer vers un environnement plus grand, il peut mener des explorations sensorielles plus poussées. Plus tard, l’enfant pourra acquérir la capacité à se situer dans l’espace, le temps, et connaîtra de manière plus fine son corps.
Pour bien grandir, un enfant a donc besoin de bouger, d’utiliser son corps, ses parents et les différents lieux qui l’accueilleront l’aideront à progresser en lui offrant des situations propices à la pratique du mouvement, à son rythme, en l’encourageant.

Le développement de la motricité fine

Les doigts:
Le nourrisson a au départ une motricité réflexe, il n’a donc aucun contrôle de sa motricité.
C’est après 3 mois environ que le « tout » réflexe disparait pour devenir un réflexe dit de contact puis la préhension deviendra volontaire. Elle évoluera peu à peu pour devenir plus efficace et permettre in fine de tenir des petits outils, comme le stylo… c’est la fameuse pince pouce-index.
Les mains:
Le bébé n’utilise au départ qu’une seule main, puis il pourra passer un objet d’une main à l’autre, puis enfin utiliser ses deux mains à partir de 6 mois environ.
Il saisira d’abord à pleine paume, puis se servira ensuite de ses doigts pour enserrer l’objet en crochet sur la paume et enfin, le pouce pourra acquérir une autonomie par rapport aux autre doigts. La pince pouce-index est donc l’aboutissement de tout ce cheminement.
Entre 2 et 4 ans viendra l’utilisation préférentielle d’une main par rapport à l’autre, c’est ce qu’on appelle la latéralisation… c’est à dire être plutôt gaucher ou droitier.

N’oublions pas que ces compétences motrices, dont la motricité fine, s’intègrent et s’améliorent principalement par la pratique : c’est en faisant que l’enfant découvre tous les possibles que lui offre son corps!

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *